dimanche 24 juin 2012

Aneto Trail

En mode prépa pour le GRP je me suis aligné sur l'Anéto Trail de la Haute Bigorre. 50kms et 3300m de dénivelé positif, de quoi se faire un peu mal aux jambes  : ))

Alors avant tout voilà le dénivelé avec ma courbe cardio.



         Et sinon pour le contexte. Je sors de 3 semaines d'entrainement assez poussé avec au moins 10h d'entrainement par semaine, je n'avais jamais fait autant .. Alors autant dire que j'attaque cette course un peu fatigué. Mais cela fait partie de mon plan qui est de faire du volume en Mai / Juin avant d'attaquer la prépa spécifique début Juillet..

Deuxième interêt de cette course, me permettre de faire un test pour le GRP. J'emporte donc tout le matériel obligatoire pour le Grand Raid et prévois de partir doucement pour accélérer au plus tôt au 30ème.

        J'ai pris le départ de cette course avec Yaël du team RL, il vit à Bordeaux alors je lui ai proposé de passer la nuit chez moi, histoire de papoter un peu de la course et de lui éviter de dormir dans son camion. Il s'avère que l'on va se croiser et se recroiser toute la course c'est cool ça permettra de discuter : ) et lui aussi est dans l'optique préparation du GRP.


7H30, c'est l'heure du départ



la preuve !

On ne s'est pas vraiment échauffé, à peine 5 minutes à trottiner dans les rues de Campan et on attaque la première ascension :1500m de D+, autant dire qu'on va vite être dans le bain..

Et on s'engage sur une route forestière qui serpente pendant quelques kilomètres, je ne suis pas fan de ces routes mais c'est idéal pour le départ, pas de bouchons, on ne se gène pas et chacun peut prendre son rythme.
Et le mien est lent comme prévu mais ce qui m'ennuie le plus c'est que j'ai les mollets durs comme du bois.. Je laisse filer yaël après quelques centaines de mètres et me cale sur mon rythme en attendant de trouver des bonnes sensations.

rythme ...  pépère !!

Et elles tardent à arriver, presque une heure de course et je ne suis toujours pas bien. Par contre on traverse la mer de nuage en quittant la forêt et en attaquant les estives on assiste à un panorama grandiose sur 360°. Je commence à ne plus avoir mal aux mollets mais garde mon rythme, je rattrape quelques personnes en montant le long des crètes mais avec les coureurs du relais qui se mèlent à nous difficile d'avoir une idée de son rythme..
L'ascension continue jusqu'au col d'Arizes en passant par le lac de l'Oeuf. Je n'étais jamais passé de ce côté et je dois dire que c'est vraiment sympa comme coin, près du col je vois Yaël un peu plus haut c'est bon signe pour moi ça veut dire que je ne perd pas trop de terrain tout en me préservant pour la suite.
On bascule et on attaque la descente jusqu'au premier "vrai" ravito d'Artigues ou les coureurs en relais ...se relayeront.
Cette descente je la connais par coeur mais j'essaie de ne pas aller trop vite, je verrais sur le cardio plus tard que je ne me suis pas vraiment reposé.. Mais bon je rattrape quelques coureurs et rejoint Yaël du coup on en profite pour discuter, parler du GRP...


Et se faire prendre en photo : ))

La fin de la descente se fait dans la forêt, sur un parcours tracé par les organisateurs, on passe à côté de la cascade d'Arizes et il faut être attentif au balisage. Et on arrive à Artigues en 2h30 pil poil dans les prévisions.. pour 16kms et 1500m+.

      Je me ravitaille un peu avant d'attaquer la portion Artigues - Payolle qui se veut assez roulante. Enfin sur le papier parceque la première bosse de 200m+ me coupe un peu les pattes. Et on attaque  un single bien technique en balcon avec un paquet d'éraflures de gagnées.. Je commence à me sentir vraiment bien, il faut rester TRES attentif au balisage mais dans l'ensemble je déroule. Ma seule idée en tête est de garder cette sensation le plus longtemps possible. Je me sens bien alors je continue de courir dans les faux plats montants ce qui me permet de rattrapper pas mal de monde encore.. Les relayeurs tout propres me déposent mais je n'essaie pas de les suivre.

          Et on arrive à Payolle pour le second gros ravito. 30kms et 1850m+ d'effectués en 4h20.. tout va bien.
J'ai ma copine et mon petit garçon qui m'attendent alors je m'attarde quelques minutes.
De toute façon avant la prochaine montée qui m'attend je dois prendre un peu de force. 850m+ en 4kms..
Yaël me rejoint au ravito, il m'a rattrappé dans le faux plat descendant avant le ravito.
Je repars un peu avant lui.
Je suis content parceque je me sens toujours aussi bien alors j'attaque l'ascension par la route en courant. Cette partie a été la moins interessante jusqu'au col de Beyrède puisqu'on a eu 1.5km de route.
           Arrivé au col on se retrouve au pied du Bassia et là finit la rigolade : droit dans la pente !! pour 500m de D+.. il commence à faire chaud et le balisage est un peu limite par endroit... autant dire que cette portion à fait des dégats.. Je prends mon rythme et me retrouve avec quelques relayeurs qui ont a peu près le même rythme que moi.. Je recherche la position qui me coute le moins d'energie et je pense l'avoir trouvée.. le buste penché et les mains dans le dos je fais baisser mon cardio de 15 pulsation et je me sens bien. (enfin tout est relatif). Le point positif est que les cuisses ne chauffent pas, je ressens une fatigue générale mais pas de douleur..

     Une fois passé le Bassia on attaque la ligne de crète pour se diriger vers Ordincède 10kms plus loin..
Il fait chaud, le terrain est technique et il y a trois bosses à passer.
N'ayant pas de douleurs musculaires je cours tout du long, sauf dans les bosses, et rattrappe pas mal de relayeurs qui ont tout donné dans l'ascension. Mais je commence à être vraiment fatigué et je n'ai presque plus rien à boire.. le ravitos liquide d'Ordincède tarde à arriver et quelques passages boueux dans la forêt me permettent de faire baisser un peu ma température. Je commence à ne plus être dans la gestion mais dans la souffrance.. Et j'arrive à Ordincède je bois rempli un peu ma poche à eau et attaque la fin de parcours...




Très Très dur pour moi, je n'ai plus rien dans les chaussettes, pas de courbatures mais plus de jus... tout vide le bonhomme.. Quelques passages sur des pierriers dégagent encore plus de chaleur et j'ai vraiment soif. La descente fait 8kms et me paraît interminable, dès que l'on descend un peu on se retrouve sur une nouvelle montée très courte certes mais que je n'arrive pas à passer en courant..
Par contre je me fais un point d'honneur à courir jusqu'au bout sur le plat et la descente.. J'ai mis presque une heure à faire ces 8kms de descente autant dire qu'il y a du temps à gagner sur cette portion..

Et voilà je vois Campan au loin, j'entends la musique , la délivrance est proche !!
J'arrive dans le village et franchis la ligne en 7h29'.. Je suis très fatigué et j'ai très mal au dos,dû au sac certainement..
Sur le moment je suis un peu déçu, je me dis que si j'ai souffert comme ça sur un 50kms, le GRP va être vraiment très dur !! Et puis j'ai le dos en compote..
J'attends Yaël 20mn mais j'ai vraiment trop mal au dos alors je lui laisse un message et rentre m'allonger.. Il finira en 8h04.. Les crètes ont été dures pour lui aussi.

     Je discute un peu et avant de partir je vais quand même voir les organisateurs pour leur demander ma place, je me vois dans les 60 et ils m'annoncent 17ème !! Et 6ème Sénior !! Quelle surprise !!
(Il y aura 158 arrivants et 34 abandons.)
Le moral remonte en flèche, ça tient vraiment à rien.. Je n'avais pas de prépa spécifique pour ce trail et j'y ai fait ma meilleure performance en course avec une gestion plutôt correcte.. je crois que l'entrainement d'Alain Roche porte ces fruits..
Au final cette course est une des plus belles que j'ai faites, surtout en terme de variété des paysages traversés. Les organisateurs ont vraiment bossés très dur pour tracer le parcours et cela s'est vu..


Points positifs :
- la course magnifique
- le fait de partager le parcours avec les relayeurs fait qu'il y avait du monde à chaque ravito
- organisation top
- j'ai trouvé ma position pour les montée longues
- protocole d'alimentation
- gestion de la course bien meilleure qu'auparavant
- pas de douleurs musculaires, les cuisses et les mollets n'ont jamais chauffés
- j'ai bossé le mental sur les 10 derniers kms

points négatifs :
- balisage très inégal, quelques passages ont nécessités un peu de jardinage
- départ encore un peu rapide
- complètement vidé après 40kms.
- très mal au dos, je n'aurais pas pu continuer très longtemps
- les pates de fruit m'ont provoqué des débuts de crampes au ventre --> à bannir

site de l'organisateur :  http://www.association-cnhb.com/
Les photos viennent d'ici : http://pedibuspyrenees.blogspot.fr/
                                        http://www.arnaudbegay.com/

Prochaine étape le Petit Vignemale dans 1 mois !!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire