samedi 1 septembre 2012

GRP 80

Bon ça c'est fait  : ))

Alors c'était mon deuxième objectif de l'année après mon abandon aux Citadelles et ça c'est plutôt bien passé finalement..

un petit profil :



        Donc pour le contexte je sortais de deux mois de boulot assez intenses avec beaucoup moins d'entrainement que prévu et un gros break d'une semaine pour cause de ras le bol !!
Du coup je venais sur la course sans autre objectif que d'être bien et de finir tranquillement  : ))
J'ai même emmené ma caméra pour faire un film.. Film qui devait être top mais qui a malheureusement disparu en même temps que ma caméra  :  ((   Mais j'ai pas trop envie d'en parler si vous voyez ce que je veux dire...

Mais revenons à nos vaches Pyrénéennes :

Je finis le boulot à 19h vendredi et arrive au camping à 19h30, je monte la tente mange un coup et je file au briefing.. là je rejoins Yaël du team Raidligt et on écoute sagement les conseils.. Mais la chose la plus importante pour moi est le fait qu'on puisse laisser dans la tente nos polaires et collant long.. c'est toujours ça de pris..

Samedi, réveil à 3h30 (enfin à 1h, 1h30, 2h, 2h30 et 3h... un peu stressé le gars )

Je me prépare et vais vers la ligne de départ : Du monde, Emmanuel qui travaille à Bagnères et avec qui je vais faire un bout de chemin et les pulsations qui montent... ça approche..



5h, les fauves (enfin les isards) sont lâchés, on attaque par une portion de route, on traverse un village avec une ambiance "musicale" et une douce montée s'engage par la forêt jusqu'au col de Portet.. 
La lumière des frontales s'étire dans la nuit et les sentiers scintillent d'un bleu électrique. (poésie quand tu nous tiens)
Je gère ma montée tranquillement, je me dis que ce n'est pas maintenant que je perdrais du temps ..
Et voilà le premier ravito après 2h20.. un petit arrêt pour remplir les bidons et ça repart.. Pour le moment je suis 254ème.

Le jour pointe le bout de son nez au moment ou l'on franchit la mer de nuage, je me sens vraiment super bien et suis un peu euphorique.. C'est magnifique, les jambes tournent... Alors je ne m'enflamme pas et je gère..








On passe auprès des lacs de Bastan et on passe le col de Bastanet direction Artigues par une grande descente que je connais par coeur.. 

On redescend dans les nuages et je double pas mal de coureurs en gardant en tête l'idée de ne pas me casser les cuisses trop tôt.. Je sais qu'arrivé au pic du midi, le gros du dénivelé sera fait et j'aviserai à ce moment là..

Artigues : ravito 2, pas mal de monde encore pour nous saluer, je suis 129ème... La sortie du ravito se fait par la cascade d'Artigues et elle me coupe un peu les jambes, je souffle un peu et repars. .Finalement ça va je suis  prêt à attaquer la montée vers le pic..  La plus longue de la course mais je la connais bien aussi donc je ne m'inquiète pas.. Au passage je me rends compte que j'ai oublié de faire le plein d'un de mes bidons alors je profite d'un cours d'eau... 


          Pendant la montée mon cardio m'annonce fièrement 180 ou 190bpm alors que je ne suis même pas essoufflé, je crois qu'il n'a plus envie de me suivre aujourd'hui, du coup je mets simplement l'affichage de l'altitude et gère ma montée..  Je suis un peu surpris parce que je me fais doubler par bon nombre de coureurs.. Ils font de grand pas et me laissent sur place.. Je pensais être à l'aise en montée mais je me rends compte que je n'ai jamais fait ce sentier en marchant.. toujours en courant.. je n'ai pas trop de repères alors je laisse filer.. peu importe..
J'arrive au col de Sencours mais ne m’arrête pas, je préfère arriver au pic d'une traite... J'y serais en 7h45  et en 90ème position.. je grapille, je grapille  : ))
Arrivé la haut quelle surprise, la vue est superbe  !! Le panorama s'affiche sur 360 degrés avec une mer du nuage qui ne laisse émerger que quelques ilots.. Le soleil nous réchauffe de sa douce chaleur et je suis à deux doigts de me mettre torse nu pour mieux apprécier..

la preuve !!


Bon d'accord, le temps est.... moyen.

        Du coup je remonte mes brassières (je sais pas trop comment ça s'appelle ..) et attaque la descente. J'aime bien quand c'est un peu technique alors j'accélère, pour le plaisir.. Je laisse le ravito sur ma gauche et me lance à corps perdu dans la descente vers Tournaboup.. Je suis en avance sur ma feuille de route et je me sens bien alors je vais peut être tenter de faire une petit perf (enfin pour moi...).

         Et c'est la qu'elle surgit !! la petite fringale, ou la petite hypoglycémie je ne sais pas trop. Toujours est il que je ne suis pas bien, je suis obligé de m’asseoir une dizaine de minute et je sors une part de gato sport que je gardais "au cas ou"... je ne suis pas faché de l'avoir emmenée celle là..
ça va mieux alors je repars en trottinant puis en courant avec en tête une seule chose : le ravito !!

           Et j'y arrive.. Je sais qu'il doit y avoir des pâtes et du couscous alors j'en salive.. Et quand j'arrive, c'est la mauvaise surprise : Il n'y à rien sans viande !!( et oui je suis végétarien) aaaaarrrghhh  !!
je demande quand même à une bénévole, et elle s'excuse et me dit qu'il n'y a que ça.. J'ai du lui faire pitié en me rabattant sur des tucs parce qu'elle est sortie de la tente et ma apporté en cachette une portion de VRAIES pâtes ( pas des lyophilisées) qu'elle a préparées pour son mari et son fiston qui faisaient la course... Je crois que ses pâtes ont sauvées ma course.. j'étais vraiment sur la corde raide et ça ma requinqué..
Merci mâdâme.....

A Tournaboup j'arrive en environ 9h et je suis 82ème, j'ai quand même gagné quelques places..


Et cest reparti pour la dernière véritable difficulté, le col de Barège.. Je me sens à nouveau bien, je me concentre vraiment sur mes sensations et à partir de là mes souvenirs s'entrechoquent un peu.. Je n'ai pas un souvenir très précis mais plutôt une sensation que j'essaie de garder le plus longtemps possible.. et l'ascension se déroule relativement bien. J'ai bien compris que je ne marchais pas vite alors j'essaie surtout de ne pas me cramer pour relancer sur les faux plats et les descentes..



      Un petit pointage au col en 76ème position et en un peu moins de 11h et j'attaque la descente.. je ne calcule plus, je sais que je serais largement en dessous de mes 15h prévues alors je me fais plaisir..
J'arrive aux Merlans en 67ème position et en 11h50..

       Je repars pour les 200 derniers mètres de D+... je suis fatigué mais ça va, pour la première fois j'essaie de me faire un peu violence dans la montée histoire d'arriver sous les 14h à Vielle Aure.. Il y a exactement 12h je croisais Vincent Delebarre qui faisait cette même montée pleine bourre pour finir le 160kms  !!

Pfou !! on arrive au dernier col .. on est un groupe de trois ou quatre et on se dit qu'il n'y a plus qu'a descendre.. Je remonte mes booster qui sont restés sur mes chevilles toute la course.. je prévois de tout faire à bloc alors ils m'éviteront peut être des crampes..
Il reste donc 12-13kms à faire pour  1400m de D- et il me reste 1h05 avant la barre des 14h..
On débranche tout et c'est parti, très vite les cuisses claquent mais je me dis  que le jeu en vaut la chandelle alors j'insiste.. Je passe par des moments d'euphorie et des moments "un peu moins sympas".. C'est moments ou on se dit : " nan mais ça sert à rien de se faire mal en fait ..."

La descente n'est pas terrible, le temps déjà, m'a obligé à mettre ma veste pour la première fois, et le tracé aussi, des pistes de ski, de la route forestière pleine de caillasse.. D'un autre côté ça sent vraiment l'arrivée ce genre de "paysage".. Il y a quand même quelques passages en sous bois assez sympa..

Et pour finir, on entend les applaudissements au loin, on croise les premiers spectateurs qui ont avancés et qui nous encouragent..
J'entend deux personnes dire "Il est pas bien lui... " et "En v'là un qui est vraiment fatigué" à mon passage.. en même temps je me suis vraiment explosé sur la dernière descente alors j'étais pas frais c'est sûr..

Et Voilà Vielle Aure, au bout de 500m de route, ça sent bon tout ça  !! Je continue d'accélérer parce que si je ralentis, je m’arrête..
 L'arrivée est vraiment sympa, du monde dans la ruelle et une haie d'honneur sur tapis rouge pour aller chercher son maillot finisher (normal quoi !).. Tout ça pendant que le speaker vous présente à la foule. (je suis pas sûr qu'ils se demandaient vraiment qui j'étais mais bon ça fait toujours plaisir)..

Je regrette juste un peu d'être arrivé à bloc dans la ville, j'étais en mode robot et je crois que je n'ai pas fait un sourire... Il faut dire que j'ai quand même mis quelques minutes avant de reprendre mon souffle..

Enfin bon au final j'ai mis 13h53, 62ème et 30ème seniors sur 618 arrivants et près de 900 au départ.
Je suis content de ma course qui a été dans le bon sens, en accélérant tout du long et en gestion totale puisque sans cardio presque tout le temps..

Les photos que j'ai utilisées ont été volées (il faut dire ce qui est ) sur divers site internet, n'hésitez pas à m'écrire pour que je les enlève ou mette un lien vers votre site  : ))



Aucun commentaire:

Publier un commentaire