mardi 26 novembre 2013

Larzac Dourbie

Et voilà, la fin de la saison approche et avec elle ce dernier objectif..
Une saison bien bouleversée puisque finalement je n'aurais pris part à AUCUNE de mes trois courses objectifs !! Mais pas de déception, j'y reviendrai dans mon bilan de saison..

Revenons à notre plateau du Larzac et à son camp militaire qui a tant fait parlé..





Sur ce trail on s'est inscrit à trois, avec Steve et Henry ! trop content que nous étions de pouvoir partager une course.. en mode "les anciens"
Et finalement je retrouverai sur cette course pas mal de membres du Stade Bagnérais que j'ai fraîchement rejoins et je croiserai même Jean Pierre qui tiens un super blog ici.

Mais parlons un peu de course à pied..

Depuis le mois d'Aout et me coupure du mois de Juillet toute ma préparation est orientée vers cette course. Autant dire que je me suis donné les moyens de faire un truc bien. Et ma préparation s'est plutôt bien passée. Une petite gastro et un examen probatoire d'accompagnateur en montagne (que j'ai réussi) m'ont occupés deux petites semaines mais à part ça je n'ai pas tellement d'excuse..


Nous voilà donc à Nant ! Village toujours aussi sympa avec son lot de gens déguisés en coureurs, et dont je fais partie bien sûr..
Steve et Henry ne vont me rejoindre que sur la ligne de départ, ils sont arrivés juste à temps.; Pour ma pat un petit échauffement de 20' et je me place autour de la 20ème-30ème place sur la ligne..

profil 29.5kms et 1100m+

Le départ est donné !

Très vite on se retrouve avec Henry côte à côte et on se dit que ça part étrangement lentement.. on est autour de la quinzième place pendant les premiers kilomètres de plat et on attaque la première montée qui passe tout en courant.
Il y aura bien deux ou trois passages ou le souffle se raccourci mais j'ai envie de faire une petite perf sur cette course alors je force un peu. Je me dit que tant qu'un effort ne dure pas plus de 10' cela ne m'handicapera pas trop pour la suite.

Et nous arrivons sur le plateau. ça c'est une bonne nouvelle ça veut dire 8kms de pseudo plat pour gérer mon allure et puis une descente ou je me lacherai pour doubler du monde... C'est beau la THEORIE !!
Parce que la véritable histoire de ce trail s'est pas ça..

C'est plutôt que j'attaque le plateau à la 12ème place sous les encouragements de Daniel, Michel, Eric, et ceux du Stade Bagnérais qui feront le 75kms le lendemain.. Ils me disent que le premier est à moins de 5 minutes, que je suis bien placé.. Forcément je m'enflamme un peu et accélère..




Et le plateau du Larzac n'est pas du tout comme je l'imaginais.. J'ai beaucoup de mal à courir détendu, ça monte, ça descends, ça relance..; je ne m'y attendais vraiment pas.. J'ai le souffle court et le moral commence à flancher.. heureusement je ne suis pas seul, Henry est souvent avec moi et je suis aussi avec la première féminine.
Au bout de 45', je ressens un début de crampes au mollet..... PFOU !!  c'est pas normal ! je sais que je suis parti un peu vite mais pas à ce point là quand même.. C'est à partir de ce moment que le côté obscur de la force m'a envahi...

Le côté obscur c'est quand tu te dis que c'est vraiment un sport de con et que de toute façon c'est ta dernière course parce que c'est vrai quoi c'est chiant de souffrir !

Mais en jeune padawan que je suis je commence à savoir gérer ces situations.. Je me concentre sur mes sensations, je suis déçu de ne pas avoir de jambes de feu un jour comme ça  mais je me dit que je vais compenser en m'arrachant jusqu'au bout.. Alors je ne faiblis pas l'allure jusqu'au premier ravito au 13ème kms que je passe sans m’arrêter.
J'ai mis 54' à faire 13kms et 450m+ ..
je m'étais dit moins d'une heure mais là c'est un peu excessif il reste quand même plus de deux heures..

A partir de là on redescends pendant quelques kilomètres. Je décide de ne pas accélérer mais plutôt d'essayer de me refaire la cerise.. Je gère et ne perds ni ne gagne aucune place.. Je suis toujours autour de la 10-12ème place..

Et c'est aux alentours du 20ème kilomètre, alors que je ne suis vraiment pas frais que j'arrive à un pont ou le public nous attends et j'entends des applaudissements plus forts qu'à l'accoutumé.. ça fait plaisir et ça redonne un peu le moral !! Quelques dizaines de mètres plus loin à nouveau du public qui m'encourage fortement  !! J'entends plusieurs  "C'est le troisième, allez !!"     ???

ça voudrait donc dire que je cours tellement vite que je ne vois même pas les gens que je double ??
Ou bien ils se sont tous trompés de chemin ?? J'opte assez vite pour la deuxième solution d'autant que ça m'est déjà arrivé .. Je me prépare donc mentalement à me faire doubler par des coureurs qui l'ont un peu mauvaise de s'être trompés de chemin et qui vont bien plus vite que moi..
J'ai aussi le secret espoir de garder cette place jusqu'au bout mais là j'y crois moins déjà..

Et ça ne rate pas quelques centaines de mètres plus loin je me fais rattraper. A partir de là et jusqu'à la fin je me ferai épisodiquement doubler..

J'arrive à Cantobre au dernier ravito en 8ème position et en 2h04. Je ne m'arrête pas non plus et je dois insister un peu (trop) fermement auprès d'une gentille bénévole pour la convaincre que je ne veux rien manger et que je veux juste sortir de la salle du ravito. Elle ne voulait pas me dire ou était la sortie.
Avec le recul je me dit qu'elle a bien vu que je n'étais pas très bien et que c'était elle qui avait raison...

Car là on va attaquer le dernier mur, le roc Nantais.

 A vrai dire il ne me fait pas vraiment peur.. Je suis bien content de varier un peu e terrain.
Je sais que je suis bien placé, que j'ai géré mes parties de plat relativement bien et que maintenant c'est uniquement la tête qui va faire que je réussi ou non a garder une place honorable..(Parceque les jambes sont restées à Cantobres..)

Alors je rentre dans ma bulle, je laisse les gens me doubler sans me mettre mal tout en essayant de garder un rythme le plus correct possible.. Je suis parti un poil trop vite, maintenant faut tenir !

La montée est raide mais ça va, trois ou quatre personnes me doublent mais peu importe.. J'attends la bascule..

Et le pire moment arrive ! Quand on est sur le sommet mais qu'on ne redescends pas ! Le haute du roc est interminable, il faut relancer sans cesse, ça monte et ça redescends !!! J'en ai vraiment marre !!

Et puis comme tout arrive on finit par attaquer la descente.; Mes projets de faire une descente à bloc se sont évanouis et je me contente de garder un rythme "correct" pour ne plus me faire doubler. Et c'est ce qui se passe.. Je trouve la descente sympa, assez technique et variée. En plus on entends la voix du speaker !

Et voilà que finalement je rentre dans Nant, dans la dernière bosse je marche quelques mètres et quelqu'un dans le public me crie "t’arrête pas ça revient derrière !!" Alors je repars histoire de ne pas me faire doubler à 20m de la ligne..

Voilà !! FINITO !!!
3h09 et 19ème..

Sur le moment je suis très déçu ! je n'ai pris du plaisir qu'au tout début de la course, sinon je n'ai fait que lutter avec mes crampes et ma fatigue..
henry arrive 4minutes après..; Je venais à peine de me relever..
Et Steve nous rejoindraune quarantaine de minutes plus tard, il a eu un énorme coup de moins bien dans la montée du Roc Nantais
La bière offerte par l'organisation est un bonheur et tous les trois on pense déjà à notre pizza du soir..

Le lendemain on ira voir les copains du Stade qui font le 75kms !

Alors les points à retenir :
- Alimentation ZERO  !! J'ai bu trois ou quatre gorgées d'eau pendant toute la course, mon bidon était encore plein à l'arrivée !! Je crois que je vais passer au camel, dès que ça va vite le bidon n'est pas très pratique pour boire finalement. De la même façon je n'ai même pas mangé une barre de céréales entière pendant les trois heures.. Je n'avais pas pris de sporténine non plus..
tout ceci sera à travailler !!

- Gestion de course. Finalement pas si mal ! Ce n'est pas sûr qu'en partant lentement j'aurais pu accélérer sur la fin et je suis assez content de m'être autant arraché.

- Plaisir pendant la course : presque nul, je n'ai été content que le lendemain en regardant mon classement.. Pas sûr que ce soit ça que je cherche dans le Trail ! Après c'était peut être un jour sans et ça il faut l’accepter aussi.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire